Avec l’ouverture grandissante des frontières de la communication Web, notamment dans la vague déferlante du Web 2.0, les relations publiques traditionnelles (RPT) prennent doucement de l’âge. Le virage relations publiques 2.0 (RP2.0) semble de plus en plus inévitable compte-tenu des coupures fréquentes et des risques de grèves dans le milieu journalistique. Mais comment prendre la courbe des médias sociaux sans manquer le virage?Comme l’explique Michelle Blanc dans son dernier billet Communiqués de presse optimisés, « l’utilisation de tactique de relations publiques en ligne vise généralement plusieurs objectifs d’affaires » et c’est là que se peut se détacher les RP traditionnelles des RP 2.0.

  • Premièrement, les RP2.0 visent un bien plus large public que les RPT, et on ne parle pas simplement ici des bloggeurs! Alors que les RPT cible avant tout les journalistes qui, une fois l’information en main, la diffuse sur leur média respectif, les RP2.0 parlent directement à tous ceux et celles qui naviguent sur Internet. Les jeunes et les moins jeunes utilisent le Web, avec une fréquence déconcertante, pour tous leurs besoins.
  • Deuxièmement, les RP2.0 permettent un mesurage efficace des retombées alors qu’il est encore difficile de calculer l’impact des RPT. Le nombre de clics, de visites sur un site, de commentaires ainsi que d’achat en ligne donnent une bonne idée de l’impact qu’a eu l’utilisation des RP2.0.
  • Troisièmement, les journalistes utilisent de plus en plus leur sources d’information Web pour infirmer ou confirmer une nouvelle. Leurs recherches leur permettent aussi d’aller plus en profondeur dans un sujet qu’ils traitent. Par une opération RP2.0, un entreprise pourrait voir son dernier communiqué placé haut dans la liste de résultats d’un moteur de recherches. Par exemple, au moment ou la grippe A (H1N1) prend une importante place dans les divers médias, une entreprise qui aurait un produit révolutionnaire ou efficace pour éviter la propagation du virus pourrait devenir source d’information crédible pour plusieurs journalistes. Par le fait même, elle verrait augmenter ses ventes de manière fulgurante!
  • Quatrièmement, Laurent Maisonnave explique, dans son billet Real Time Search: Moteur de recherche en temps réel que les moteurs de recherches doivent prendre le taureau par les cornes afin de répondre à la concurrence des sites tels que Twitter, Topsy, OneRiot et Tweetmeme, pour ne nommer que ceux-là, qui diffusent l’information en temps réel, Les Google, Bing, MSN et Yahoo, doivent doubler d’ardeur pour être à la page! D’ailleurs, le site Outilsfroids.net fait une belle comparaison de la nouvelle vague de moteurs de recherches.

Il y a bien des raisons pour mettre en oeuvre une stratégie RP2.0, mais une action conjointe de RPT reste tout à fait pertinente et préférable. Ces deux types d’opérations de presse se complètent si bien qu’il sera bientôt difficile de se passer des effets positifs des deux méthodes. Les journalistes peuvent être inondés de communiqués dans leur boîte courriel, il reste néanmoins qu’ils lisent le premier paragraphe d’un communiqué pour en évaluer la pertinence avant de le jeter. Il y a plus de chances de se faire voir en utilisant les deux méthodes qu’en en utilisant seulement qu’une, et ça, c’est un fait vérifiable.

J’aimerais vous entendre à ce sujet.