Le lancement de la nouvelle chaîne V télé (anciennement TQS) en août dernier s’est effectué en grande pompes. Toute la population en a parlé pendant quelques jours voire quelques semaines. À l’écoute, il y a d’abord eu plusieurs curieux ajoutant à cela les habitués du R.I.P. TQS. Et maintenant, qu’en est-il? Succès ou échec?Il faut se rappeler qu’avant l’arrivée des nouveaux propriétaires, les frères Maxime et Julien Rémillard de Remstar, plus rien n’allait. L’identité même de la station était à la dérive. Des changements ont été effectués, des émissions retirées, des animateurs remerciés, etc. Bref, on aurait dit une émission de télé-réalité. Avec la nouvelle identité de V télé, les choses se sont précisées. Lorsqu’ils synchronisent la station, les auditeurs savent ce qu’ils y verront : animateurs jeunes et flyés, de l’énergie, des mots à la limite vulgaires, des opinions tranchantes, de l’émotion, du suspense -;)-, des séries réputées, tout ce qui intéresse un public jeune et branché. Et ça fonctionne! Comment peut-on dire le contraire alors que la segmentation des marchés est de plus en plus importante avec une telle identité?

Récemment mise en ondes, la télé-réalité Big Brother se démarque particulièrement de ce qui se faisaient ailleurs. Contrairement à Loft Story ou à Occupation double, elle choque, interpelle, et intéresse ceux qui se verraient, un peu comme sur Youtube ou n’importe quel autre site de publication vidéo, comme une star montante. Rien n’y est laissé au hasard et les résultats peuvent être assez surprenants :

Grande première de Big Brother

La jeux télévisés sont tout ce qui a de plus simples—nous sommes loin des Que le meilleur gagne et Who wants to be a millionaire—, les séries achetées et traduites sont, à la base, des séries qui réussissent bien dans leur créneau—en français, c’est autre chose—, les animateurs sont sympathiques et drôles, le site Internet de la station est mis en valeur avec des Webtélés, des vidéos exclusifs et des éléments Web sociaux alors que des partenariats sont établis avec des rassembleurs du Web qui ciblent le même style de public et l’identité de V est jeune et frappe fort. Ce sont tous des éléments qui favorisent le ciblage d’un auditoire en particulier.

Évidemment, les cotes d’écoute ne sont pas encore impressionnantes, mais les fondations sont en train de s’établir tranquillement. La direction de la station semble sur la bonne voie pour réussir. Personne n’a encore prétendu que V télé allait battre Radio-Canada et TVA, ce serait un peu utopique de le penser, mais il y a une si grande place à l’amélioration qu’il ne serait pas surprenant de voir de bons résultats d’ici deux à trois ans. Il faudrait aussi que l’on évite de retirer trop rapidement des séries parce qu’elles ne performent pas aussi bien qu’elles le devraient. Ça frustre l’auditoire qui y est attaché et ça éloigne une clientèle qu’il est si difficile à acquérir. Le Web, les cellulaires, les jeux vidéos, les bars branchés et les parties sportives sont tous des aspects de la vie moderne qui peuvent attirer davantage l’intérêt que la télévision. C’est pourquoi les frères Rémillard devront faire très attention!